Frugalisme : qu’est-ce qu’une vie frugale ?

Originaire des États-Unis et du mouvement FIRE, le frugalisme constitue un mode de vie alternatif au mode de vie traditionnel que nous connaissons tous. La fameuse routine infernale du métro-boulot-dodo , et ce, pendant plus d’une quarantaine d’année de vie active, jusqu’à la retraite. Un véritable calvaire pour ceux qui aimeraient profiter d’une vie financière libre et épanouie.  

  

Dans quel but ? Profiter de sa retraite à 40 ans ou le plus tôt possible. Tout en veillant à se détacher des contingences financières.  

Comment ? Par le biais de la déconsommation. 

Après tout, nous sommes presque tous victime de ce stress constant en fin du mois, lorsque nous pensons ne pas avoir assez pour couvrir nos dépenses. Un problème qui rend l’épargne et l’économie presque impossible ; qui nous oblige à travailler pour le restant de nos jours. Mais surtout, un problème que le frugalisme peut résoudre très facilement. 

  

Une vie frugale est loin d’être calvaire lorsque l’on connaît les avantages qu’une personne peut en tirer. C’est une vie simple certes, mais elle permet à certaines personnes d’obtenir leur retraite à 40 ans. Qui n’en a jamais rêvé ? Une vie qui ne nous oblige pas à nous réveiller chaque matin pour se rendre à un travail que l’on déteste ? Tout ça, c’est possible lorsque l’on associe le frugalisme au mouvement FIRE.  

  

À travers ce frugalisme blog, je tiens à accompagner tous ceux qui sont prêt à sauter le pas. C’est pourquoi, grâce à ce dossier, je vais vous faire découvrir ce qu’est réellement une vie frugale de la manière dont je la connais.  

  

Le frugalisme, qu’est-ce que c’est ?  

À ce stade, vous avez sûrement dû comprendre que le frugalisme est souvent considéré comme étant un mode de vie idéal pour toute personne cherchant à obtenir leur retraite à 40 ans. Mais pas que. En effet, les nuances de définitions sont bien présentes en ce qui concerne le frugalisme et la vie frugal.  Même si le frugalisme constitue un moyen pour obtenir une retraite largement anticipée, les objectifs de cette idéologie sont bien plus complexes.  

  

Pour certains, elle vise à consommer moins pour apprendre à vivre heureux avec l’essentiel. Pour d’autres, elle cherche surtout à aider ceux qui le veulent bien, à obtenir une liberté financière et une liberté de poursuivre ses ambitions. De notre côté, nous pensons que c’est une synergie de ces deux définitions qui nous aident réellement à comprendre le principe du frugalisme. 

  

On dit « ceux qui le veulent bien » car, l’application de cette idéologie de déconsommation est loin d’être une mince affaire. Son principe étant de dépenser moins, d’économiser plus et d’éviter absolument la surconsommation, pour les personnes sans détermination, c’est mission impossible. Et pourtant, avec les bonnes bases et les bonnes habitudes, c’est parfaitement possible. 

  

Pour faire court, un mode de vie frugal, c’est un mode de vie simple qui prime la réduction de son budget mensuel afin d’économiser plus, pour finalement disposer d’un capital conséquent. Un capital qui servira ensuite à constituer une source de revenus conséquente dont la base est de prendre sa retraite en laissant son argent travailler pour soi.  

 

Le frugalisme : les origines de cette théorie 

C’est en 1992, dans l’ouvrage Your money or Your life de Vicki Robin et Joe Dominguez que les premières mentions et théorisations du frugalisme remontent.  Sorti il y a de cela bientôt 30 ans, ce livre constitue le précurseur sur les thématiques spécifiques de la « rat race ».  

  

Encore peu populaire à l’époque, cette idéologie est ensuite développée et associée à l’acronyme FIRE par Jacob Lund Fisker en 2010 dans l’ouvrage Early retirement Extreme. Cet auteur y expose une forme extrême et puriste du frugalisme qui permet l’obtention d’une indépendance financière en l’espace de quelques années seulement. Donnant ainsi vie à une modélisation cette fois, mathématique, de la vie frugale.  

  

Finalement, c’est grâce au blog Mr. Money Mustache tenu par Peter Jonathan Adeney qui permettra au grand public de faire la découverte du frugalisme. Même s’il n’en est donc pas l’origine directe, c’est réellement par le biais de ce blog que le frugalisme et le mouvement FIRE ont été popularisés.   

  

Actuellement, le frugalisme est de plus en plus en vogue. D’abord aux États-Unis, puis en France, en Allemagne et bientôt dans toute l’Europe, les frugalistes sont de plus en plus nombreux. Bien évidemment, il ne faut pas en conclure que le frugalisme est plus une mode qu’autre chose. Au contraire, si ce mode de vie est si populaire, c’est parce qu’il a été bénéfique pour de nombreuses personnes.   

  

Le frugalisme : une pratique qui se base sur la déconsommation 

Pour adhérer au frugalisme, le frugaliste va dans un premier temps dépenser moins pour mieux profiter de la vie. Soit, de prendre sa retraite, bien avant l’âge légal, vers ses 40 ans ou bien plus tôt.  

 

Pour assurer la prise de cette retraite « anticipée », les frugalistes font donc le choix de vivre en-dessous de leurs moyens. Pour certains, dès les débuts de leur vie active et pour d’autres, un peu plus tard, au moment où ils cherchent à se libérer financièrement. L’idée ici est donc de vivre le plus « simplement » possible, veiller à épargner les économies faîtes et les placer judicieusement afin d’en soutirer le maximum de profit.  

  

Plus concrètement, pour assurer une vie frugale, l’épargne d’entre 40 et 60% du revenu net est nécessaire. Les sources de dépenses les plus ciblées et réduites étant les postes d’alimentation, le transport, les loisirs et l’habitation. L’épargne obtenue sera ensuite investie dans la bourse, l’entreprenariat en ligne, l’investissement immobilière, etc. Bref, cette épargne doit devenir une source de revenus passifs.  

  

Dans ce sens, il ne peut y avoir ni de liberté financière ni de frugalisme sans épargne.  

 

Une question se pose donc, qui peut réellement s’adonner au frugalisme alors que la plupart des personnes ont actuellement du mal à finir leur fin de mois ? Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’être frugaliste est inaccessible à certaines personnes. Au contraire, en faisant les bons sacrifices, même les personnes à petit salaire peuvent réussir à devenir frugaliste.  

  

Sauf que pour certains, l’application d’une vie frugale est beaucoup plus facile. Notamment pour les personnes qui s’y mettent le plus tôt possible. D’ailleurs, il existe des frugalistes qui s’y sont préparés depuis bien avant le début de leur vie active. Ceux-ci cherchent par exemple à trouver des métiers favorables à ce mode de vie, notamment des métiers qui permettent d’obtenir rapidement et efficacement de bons revenus.  

Le frugalisme : une vie qui vise la liberté financière  

Contrairement à ce que beaucoup pensent, pour les frugalistes, le frugalisme ne constitue en rien un objectif. Au contraire, ce mode de vie constitue plutôt un moyen pour atteindre leurs propres objectifs. Particulièrement, l’objectif d’organiser le plus tôt possible leur vie financière afin d’obtenir rapidement leur indépendance et leur liberté financière.   

  

Il existe de nombreuses manières de définir une liberté financière. Cependant, de mon point de vue, on est libre financièrement lorsque votre argent travaille pour nous. Lorsque l’on a plus besoin de travailler, de s’inquiéter de nos dépenses ou de se demander comment on va payer telle ou telle chose. Et c’est cette quiétude d’esprit que vise le frugalisme.  

  

Plus concrètement, cette liberté financière s’obtient suite au processus de thésaurisation et de placement qui peut durer entre 15 à 25 ans. À la suite duquel le frugaliste pourra vivre pleinement avec les intérêts et profits obtenus par le biais de ses placements. Et donc, d’arrêter de travailler dur pour subvenir à ses besoins. D’où l’idée de retraite anticipée.  

  

Bien évidemment, vous vous en doutez sûrement, mais la pratique du frugalisme ne se fait pas facilement. Certaines règles la régissent, notamment celle des 4%. Son principe est simple, les intérêts obtenus grâce aux placements doivent directement être placés à 4%. Permettant ainsi au frugaliste de vivre sans pour autant entamer le capital de départ (les économies durement obtenues).  

Dans ce sens, le frugaliste ne peut obtenir son indépendance financière que lorsqu’il arrive à épargner une certaine somme. C’est ce que l’on appelle le FIRE number, qui correspond théoriquement à 25 fois le montant des dépenses annuelles d’une personne.  

Par exemple, si les dépenses annuelles d’une personne s’élèvent à 38 000 euros, celle-ci devra épargner et se constituer un fonds de 950 000 euros. Avec un rendement annuel de 4% obtenu par le biais de divers placements, ce fond sera largement suffisant pour assurer le restant de la vie de cette personne. Mais ce, à une condition extrêmement logique : le comportement financier doit rester le même après la prise de la retraite anticipée. Il est donc hors de question de faire de la surconsommation. Les dépenses annuelles doivent obligatoirement s’élever à 38 000 euros.  

  

Un frugaliste se doit donc de garder un niveau de vie modeste pour conserver sa liberté financière.  

  

Une vie frugale est-elle une vie épanouissante ?  

D’après tout ce que nous avons pu découvrir ensemble jusqu’ici, une question se pose : une vie frugaliste est-elle épanouissante ?  

  

Actuellement, nous vivons dans une société de plus en plus dominée par le rat race et le consumérisme. Ce qui fait que bon nombre de personnes sont poussées à gagner beaucoup plus, pour pouvoir consommer encore plus. Voire même, de s’endetter afin de pouvoir continuer à consommer encore et encore. Chose qui explique pourquoi beaucoup vivent sous des montagnes de dettes : on achète à crédit plus que ce que la terre peut nous offrir annuellement. Car, que l’on le veuille ou non, les ressources de cette planète sont finies. Et une surconsommation équivaut à l’épuisement des ressources, une conséquence dont l’impact sera fatal pour le monde entier.  

  

Alors, certes, la consommation permet d’assouvir certains besoins de satisfaction, mais sur le long terme, la surconsommation fait plus de mal que de bien. Malheureusement, de nos jours, le contraire est surmédiatisé. Les médias, les publicités, les réseaux, tous veillent à faire comprendre au monde que consommer fait du bien.  

  

Or, une vie frugale a beau être une vie simple et sans réel artifice, mais de mon point de vue, s’épanouir en menant ce mode de vie est parfaitement possible. Que se contenter du peu, c’est vivre une vie épanouie et sans réel souci majeur, sans stress, sans désagrément, bref une vie calme. Soit, la définition même d’une vie épanouie, libre et indépendante.  

  

Le frugalisme : la grande famille des frugalistes 

  

Contrairement à ce qu’on pense, les frugalistes sont nombreux. D’ailleurs, ils constituent une grande famille qui applique des modes de vie différents.  

  

Les FIRE ou Early Retirement, soit, retraite précoce avec un niveau de vie moyen. 

Comme le titre peut l’indiquer, les FIRE sont des frugalistes qui préconisent un niveau de vie moyen.Leur but est d’obtenir leur retraite à 20, 30 ou 40 ans, soit, un des objectifs les plus extrêmes du frugalisme. À la hauteur de cette ambition démesurée, des sacrifices et des changements importants doivent être effectués.  

  

Les revenus passifs que les FIRE cherchent à obtenir sont en moyenne de 2 223 euros après impôts, soit 26 670 euros par an.  

  

Le Fat Fire qui adopte un niveau de vie supérieur à la moyenne 

En ce qui concerne les Fat Fire, leur objectif est d’acquérir l’indépendance financière, tout en gardant un certain niveau de vie. En moyenne, un frugaliste du type Fat Fire cherche à obtenir un revenu passif de 4 030 euros par mois après impôts. Ce qui représente une somme annuelle de presque 50 000 euros. 

  

Le Lean Fire qui adopte un niveau de vie inférieur à la moyenne. 

De leur côté, les Lean Fire cherchent à dépenser au minimum. Ce sont généralement des personnes qui n’ont pas besoin de débourser des sommes phénoménales pour vivre : leurs foyers sont peu importants, leurs habitations sont modestes, etc.  Leurs dépenses sont donc en moyenne de 800 euros et ils ne cherchent qu’à obtenir des revenus passifs environnant les 500 à 1 500 euros. 

  

Le barista FIRE qui suppose que le frugaliste doit garder un job à temps partiel.  

Lorsqu’un frugaliste célibataire est considéré comme étant un barista FIRE, celui-ci doit tout de même prendre un job à temps partiel après sa retraite anticipée. Dans le cas contraire, si le frugaliste est en couple, l’un des deux partenaires conserve son travail après la prise de retraite de l’autre.  

  

Le frugalisme : comment devient-on un frugaliste ?  

Après cette découverte plus qu’intéressante de la grande famille des frugalistes, une autre question tourne certainement dans vos têtes : comment devenir frugaliste ?  

  

Avant toute chose, je tiens à être honnête, le frugalisme est un mode de vie que je conseille aux personnes de classe moyenne ou de classe supérieure. Une personne de revenu modeste pourrait avoir du mal à se lancer dans le frugalisme, car pour pouvoir arrêter de travailler, celui-ci doit gagner un maximum d’argent en un minimum de temps. Chose pas du tout évidente avec un salaire peu satisfaisant.  

  

Aussi, pour devenir un frugaliste et partir en retraite le plus tôt possible, il faut veiller à se lancer le plus tôt possible. Voire même, d’organiser toute sa carrière professionnelle et sa vie active en vue d’appliquer beaucoup plus facilement le frugalisme.  

  

Les quelques étapes concrètes pour devenir un frugaliste sont :  

  • Si possible, se lancer dans des carrières professionnelles qui vous permettent de vous lancer dans le frugalisme beaucoup plus facilement.  
  • Limiter au maximum les dépenses afin de faire un maximum d’économies 
  • Apprendre à se contenter du strict minimum et surtout, à faire attention à la surconsommation 
  • Opter pour les bonnes méthodes d’investissement et les bons placements financiers pour obtenir et épargner le maximum de profit possible.  
  • Considérer l’idée de se faire accompagner par un conseiller en Gestion de Patrimoine afin d’apprendre à gérer judicieusement son argent.  

  

La question ultime : est-ce qu’être FIRE est possible en France ? 

En parcourant mon blog, vous pourrez facilement tomber sur un dossier complet sur les chances de réussite du FIRE mouvement en France. En tout cas, je vais vous résumer ce qui y a été dit en quelques phrases.  

  

Le système Français se construit sur une base qui limite les extrêmes, il cherche donc à protéger ceux qui gagnent peu et ceux qui veulent gagner plus. Pour ce faire, les salaires et les capitaux sont donc fortement taxés en France, ce qui n’est pas le cas aux États-Unis, où le mouvement FIRE est fortement préconisé. Atteindre l’indépendance financière est donc beaucoup plus difficile en France à cause des impôts prélevés en question. Des prélèvements qui impactent beaucoup l’idée de « réinvestissement » des profits obtenus pour former un cycle d’autofinancement de soi.  

 

Heureusement, des solutions et des opportunités se créent de plus en plus pour pallier ce problème conséquent. Notamment, la création de nouveaux produits plan épargne retraite (PER) dotés de fiscalités intéressantes. Mais également la réforme des retraites encouragée par la loi PACTE qui pousse les français à partir à la retraite beaucoup plus tôt.  

  

Conclusion sur ce qu’est une vie frugale ?  

  

En somme, malgré les nombreux types de frugalistes qui existent actuellement, le frugalisme est un mode de vie qui se base sur des principes bien distincts. Cette pratique se base sur la déconsommation et sur le contentement d’une vie simple et sans artifice. Dans ce sens, une vie frugale est une vie simple, calme, sans stress, libre et de contentement. Soit, une autre version de ce que l’on considère une vie épanouissante.